Edgy interview : entrevue avec Nathalie Claude

Nathalie Claude par Lisa Graves Edgy 2010

Nathalie Claude par Lisa Graves, Edgy 2010

Nathalie Claude Edgy 2009

Nathalie Claude par Sasha Brunelle, Edgy 2009

 

Nathalie Claude parle de ses expériences d’Edgy, l’impact que le festival a eu sur sa vie, et ses sentiments à propos de LA FIN. Entrevue en français.

Nathalie Claude speaks about her feelings and experiences around Edgy, the impact the festival has had on her, and how she is dealing with THE END. Interview in French.

The Edgy Oral History project consists of a series of interviews conducted by Julia Dyck. 
L’Histoire orale de Edgy Women est un projet d’entrevue initié par Julia Dyck.

 

Aussi un extrait de la pièce Conte extra-terrestre folklorique de Nathalie Claude & Danielle Lecourtois. Présentée par le Studio 303 dans le cadre du Festival Edgy Women le 2 avril 201 au Théâtre Mainline

Also an excerpt of Extra-Terrestrial Folkloric Tale by Nathalie Claude & Danielle Lecourtois. Presented by Studio 303 as part of Edgy Women Festival, April 2nd 2011 at Mainline Theatre :

Filmé par/Filmed by: Viva Delorme

 

 

Advertisements

Edgy Archive 1998 : cinquième anniversaire

 

Edgy5Anniversary1998

1998 Flyer

Edgy1998-5thAnniversaryArticle 2

Gazette Article, 1998

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours en mai, Femmes au-delà / Edgy Women célèbre ses 5 ans en doublant sa programmation : 13 artistes sur 2 soirs présentent arts visuels, performance, danse, pitre, et musique expérimentale. Notons la participation de Céline Bonnier, Danielle Lecourtois & Hélène Langevin, Jenn Goodwin, Karen Bernard, Sebastian Yeung, Sylvette Babin et Victoria Stanton.

In 1998 Edgy Women/Femmes au delà celebrates it’s 5th anniversary and programming doubles to 13 artists over 2 nights presenting visual arts, performances, dance, clowning, and experimental music. Among the performers were: Céline Bonnier, Danielle Lecourtois & Hélène Langevin, Jenn Goodwin, Karen Bernard, Sebastian Yeung, Sylvette Babin and Victoria Stanton.

Edgy Interview : entrevue avec Miriam Ginester

Edgy1994-95

Edgy Women/ Femmes au delà flyers 1995

 

Edgy Women founder Miriam Ginestier speaks about the birth and death of the festival, as well as change, legacy, and some of her favourite Edgy memories. Interview in english.

Miriam Ginestier, la fondatrice du festival Edgy Women, parle de la naissance et la mort du festival, ainsi que le changement, l’héritage, et quelques uns de ses souvenirs préférés d’Edgy. Entrevue en anglais.

The Edgy Oral History project consists of a series of interviews conducted by Julia Dyck. 
L’Histoire orale de Edgy Women est un projet d’entrevue initié par Julia Dyck.

Enterrement digital

 

5619526319_bb9048e164_o

Dr. Annie Sprinkle et Elizabeth Stephens, EDGY : Love Art Lab (2011)

This page is being resurrected to act as a digital space for the burial and re birth of 23 years of Edgy memories. We are doing an oral history project to hear and document stories and sentiments from Edgy staff, performers, and participants, and will be posting the audio, along with photos and videos here! Stay tuned.

Cette page sera ressuscitée comme un espace digital pour l’enterrement et renaissance de 23 ans de souvenirs Edgy. Nous sommes en train de documenter une histoire orale du festival et nous allons mettre les histoires ici. Voir cette page pour l’audio, les photos et vidéo Edgy!

THE BEGINNING OF THE END – LE DÉBUT DE LA FIN

 

Edgy-General

2016 marks the final edition of Edgy Redux, and the end of Edgy’s 23-year history. Through this years theme, THE END, the 3 events will tackle nostalgia and reflexivity, saying goodbye, legacy and memory. We will dig out some old memories, mourn, celebrate, and communicate Edgy’s legacy to the future through the portal of the internet.

2016 marquera la dernière édition d’Edgy Redux, et la fin de l’histoire d’Edgy, après 23 ans. Utilisant le thème de cette année, LA FIN,  les 3 évènements vont aborder la nostalgie, la réflexion, les adieux, l’héritage et la mémoire. Nous allons re-découvrir quelques vieux souvenirs, célébrer et communiquer l’histore d’Edgy à l’avenir, et ce grâce au portail de l’internet.

Le corps, ce réceptacle

By Marie-Ève Blais

Rencontre avec Anne-Élizabeth Côtéanne-elizabeth

Ancienne étudiante en science politique, elle est détentrice d’une maîtrise en dramathérapie. Elle a participé à plusieurs ateliers de création, dont, celle de l’école de mime omnibus. Elle fait également de la performance et du clown.

Comme artiste, elle s’intéresse à l’ethnographie, pratique qui mélange la recherche et l’histoire personnelle. À travers son processus de création, elle utilise souvent le corps, afin de voir spontanément ce qui peut émerger. Ça sera une première expérience sur scène au studio 303, mais elle avait déjà participé à l’atelier Split Britches, 1 semaine de formation, d’impulsion et de théâtre féministe et queer qui lui avait donné envie d’en connaître davantage sur le studio et Edgy.

Entre performance et féminisme …

« La performance permet une raréfication du discours, rien de trop con, pas de doctrine, toute expérience est valable. »

Dans les dernières années, elle a pris des distances avec les milieux féministes, voir les oppositions, les inégalités, rendait difficile le contact : «Avec cette lunette (féministe), tout est matière à la frustration. J’avais besoin d’explorer le féminisme d’une autre façon que par la colère ». C’est avec Edgy qu’elle a ouvert la porte à cette autre façon d’être féministe. Pour elle, la performance, le féminisme et le queer sont des outils qui permettent de déplacer les codes, d’ouvrir à autre chose, de faire éclater les structures. C’est un domaine fertile qui présente une autre lecture des stéréotypes. Sous la forme de colloque, ça permet une nouvelle façon d’explorer, ça ouvre les sujets de conversation. Elle cite sa lecture de Judith Butler comme influence importante dans son processus : « Ca répond à toutes mes questions. Elle a un ton ouvert à l’autre. Pas menaçant. »

Qu’est-ce qu’elle attend du colloque, de Edgy?

Elle a particulièrement apprécié le cabaret Tolle pour son ton irrévérencieux : « C’était tout sauf institutionnel ». C’est cette ouverture qu’elle attend pour samedi.

Elle aime l’idée de passer le 8 mars au Edgy Colloque et espère que la discussion sera riche de chaque unicité, il est important d’être près de son expérience, car chacune d’elle est unique, dans cette optique, il y a des millions de points de vue. Sur le thème de la transition, elle dit : « C’est super le fun. La transition à jamais. Car on ne peut pas vraiment figer le féminisme ». Elle a envie de réintégrer le dialogue dans le mouvement féministe, de discuter avec des gens.

Qu’est-ce qu’elle espère de la participation des gens?

Elle ne sait pas de qui sera constitué le public, sûrement des artistes, dit-elle. Les intellectuel.le.s seront dans les conférences. Ça sera sûrement des artistes militant.e.s intellectuel.e.s. Par contre, elle ne s’attend à rien, n’espère rien. « (…) mais, c’est juste avant le dîner, donc les gens vont sûrement vouloir aller manger. »

Dans le cadre du Edgy Colloque : Féminismes en transitions // 12h à 13h : Corps et identité en mouvement

« Le corps, ce réceptacle » ou « Mais c’est donc ben touché c’te question-là » Avec  Anne Elizabeth Côté

Error is Movement — EDGY COLLOQUE

By k.g.GUTTMAN

Comment un castor qui est posé sur la couronne peut devenir un tableau de Guido Molinari, et d’autres transitions…

 

The last couple of days, people came over to the house I grew up in and they let me explain, and stumble through, the historical and personal research I have been doing about North York and Toronto.

I read them parts of Treaty No. 13, a very troubling legal document of the surrender of the land north of Lake Ontario from the Mississaugas of New Credit to the British Crown. The land upon which my house sits is subject to this treaty.

Screen Shot 2014-03-07 at 4.52.32 PM

This is the space in between the beaver (Castor Canadensis) and the (British) crown stretched out a bit.

Screen Shot 2014-03-07 at 4.54.04 PM

Almost exactly like a Guido Molinari painting

Screen Shot 2014-03-07 at 4.53.56 PM

Screen Shot 2014-03-07 at 4.54.11 PM

The project in the house is trying to balance the way in which personal identity and political identity are ever present, one imbricating the other. A study of how one thing resembles another, or how the outside informs the inside.

Spending almost two months in the house and looking closely.

Transition for me is about looking closely, or inventing news ways of looking.

I’m remembering that for so many years I felt that taking on political identities was reductive and impersonal, and I resisted. Now, the hesitation and the resistance to transition interest me just as much as a transition itself. The doubt that produces the emerging form.

 

See more from k.g. Guttman TOMORROW, MARCH 8 at the EDGY COLLOQUE